Jour 1 : Randonnées dans Mahé et visite de Victoria

Posté par

Contrairement à ce que pensent la plupart des Français, l’archipel des Seychelles est montagneux et n’a pas que des plages à offrir.

Dimanche 17 janvier

Nous décollons de Nairobi vers midi, en route pour une nouvelle découverte : les Seychelles. Ce petit archipel de 115 îles perdues dans l’océan indien n’est qu’à trois heures d’avion du Kenya. C’est donc l’occasion rêvée d’y aller. Et puisque tout le monde se pose la question : oui, c’est un vrai pays, la République des Seychelles, indépendante depuis 1976.

Sans-titre-1

Le rêve commence dès l’atterrissage, avec un aéroport bordant l’eau, une température de rêve et une végétation luxuriante. Par ailleurs, nous récupérons la voiture de location auprès d’une jeune femme aux jambes et à la poitrine de rêve, à peine vêtue d’un paréo. Je sens que je vais aimer cet endroit.

IMG_9335

Nous rejoignons notre B&B, La Gayole, à Bel Ombre, et sommes reçus comme des rois – ou, plus précisément, comme si nous faisions partie de la famille – par les hôtes, Marlaine et Alex, qui nous ont préparé de la vieille (le poisson) façon créole. Un délice !

Lundi 18 janvier

Nous commençons notre découverte de l’île par un petit sentier de randonnée qui part non loin de notre gîte. Il serpente d’abord dans des éboulis rocheux, avant de nous offrir de superbes panoramas sur une eau turquoise.

IMG_9341

Après une heure de marche, nous arrivons à Anse Major, une petite crique absolument déserte. Cocotiers, sable blanc immaculé, eau à 30°… Nous avons l’impression d’avoir découvert le paradis.

IMG_9350  P1030171
IMG_9354

Après en avoir profité, et alors que quelques personnes commencent à arriver du sentier, nous nous rendons à Victoria. C’est la capitale des Seychelles et la plus grande ville du pays : 25.000 habitants. On commence par déjeuner dans un des nombreux takeaway qui permettent de se sustenter à très petit prix (3-5 euros pour un plat, avec bien sûr des produits frais !), puis nous nous lançons dans l’exploration de la ville.

Il n’y a ni monuments d’importance majeure, ni réel quartier historique, mais, ça et là, de vieilles maisons coloniales en bois ou des lieux de culte.

Notons en particulier le temple hindou, pyramide multicolore de statues de divinités, au centre de la ville.

P1030199

Un peu plus haut, la cathédrale de l’immaculée Conception (XIXe siècle) est accompagnée du Domus, un sublime bâtiment de 1933 servant de séminaire.

Dans l’hypercentre se trouve le marché, où nous pouvons enfin déambuler sans nous faire constamment alpaguer comme au Kenya. Quel plaisir, quel repos. En plus, les prix sont indiqués sur les produits et il n’y a pas besoin de marchander 15 minutes pour acheter une banane. Que demander de plus ?

On débouche ensuite au rond-point de l’Horloge, symbole de Victoria. Érigée en 1903 pour montrer l’attachement des Seychelles au Royaume-Uni, c’est une réplique en miniature de l’horloge de Vauxhall Bridge, à Londres.

P1030218

Il nous a bien fallu trois bonnes heures pour découvrir cette ville bon enfant, loin du stress de n’importe quelle autre capitale.

Pour terminer la journée, nous prenons la voiture jusqu’au parc du Morne Seychellois. Ce parc naturel très montagneux (certains sommets frôlent les 1000 mètres) couvre 30 km2 environ.

Nous nous engageons sur le sentier Copolia. Après 30 minutes de marche dans une jungle luxuriante, nous arrivons sur un promontoire granitique perché à 497 mètres d’altitude.

On y jouit d’une superbe vue sur Victoria, le lagon et les îles environnantes.

P1030239 IMG_9381

Sur la route, petit pépin : un vieillard nous coupe la route en pick-up, érafle la voiture et se barre. Nous le suivons jusqu’à chez lui, où monsieur nous explique qu’il ne nous avait pas vu, qu’il n’a rien fait, que c’est de notre faute, qu’il ne paiera pas et que si on est pas contents, on n’a qu’à aller voir la police. J’appelle l’agence de location qui nous envoie une fille pour parlementer (vu que le type nous parle à moitié en créole et à moitié en anglais). Elle nous explique qu’ici, le constat n’existe pas. Les assurances non plus apparemment. Si y’a un accident, « il faut négocier ». Sauf que le type, là, ne veut pas négocier et que je ne vois pas pourquoi je paierais les frais de réparation. Finalement, après une heure avec ce connard qui nous raconte sa vie pour prouver qu’il est de bonne foi (« 50 ans sans accident ! ») et qu’il est super pauvre par rapport à nous, on perd patience et, de guerre las, on accepte de payer les « 80… allez, 60 euros parce que c’est vous » de réparation.

Pour terminer cette journée, après une bonne douche, nous dînons au Treasure Cove Restaurant. Au menu : cordonnier (le poisson) à la créole, accompagné de riz et de papaye, avec en dessert banane caramélisée à la glace vanille. Un délice, mais pas donné… 40€ par tête, sans entrée.

Commentaires (1)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *