Les plus belles stations du métro de Saint-Pétersbourg

Posté par

La beauté du métro pétersbourgeois, ce n’est pas seulement les passagères, c’est aussi certaines stations, pépites d’art et d’architecture socialiste. 

Si le métro de Moscou est mondialement connu, celui de Saint-Pétersbourg apparaît moins souvent dans les tops divers et variés. Moins monumental, forcément, il est aussi moins étendu : seulement cinq lignes. Préparez-vous à marcher au moins quinze minutes entre deux stations… Lorsque j’ai montré le plan du métro parisien à une fille de mon hôtel, elle n’en a pas cru ses yeux et a été complètement soufflée par la densité du réseau.

metro-rus

Le réseau fonctionne avec des jetons (35 roubles, soit 50 centimes d’euros) que l’on glisse dans une fente au moment de passer des tourniquets. Y’a des gens qui surveillent, donc impossible de frauder (d’ailleurs, je digresse, mais vu que la RATP vient de dévoiler un méga plan de lutte contre la fraude, avec des dragons et tout, ne serait-il pas plus simple de poster les contrôleurs AVANT les tourniquets pour dissuader les fraudeurs, plutôt que de les verbaliser une fois passé et ne jamais récupérer les sous ?).

IMG_6559

Dans chaque station, on se retrouve ensuite à descendre d’interminables escalators, qui rappellent ceux du métro de Pyongyang. La première hypothèse qui vient à l’esprit pour expliquer cette profondeur (80 mètres en moyenne) est que le métro peut servir d’abri anti-aérien – certaines stations du centre sont équipées de portes anti-déflagrations et de purificateurs d’air. Mais n’oublions pas que la ville a été construite sur des marécages, ce qui explique aussi pourquoi il a fallu descendre si profond. La géologie du sol est d’ailleurs la raison pour laquelle le métro a été construit si tard : alors qu’on en parlait déjà en 1820 (!), les premiers plans ont été dressés à l’aube de la seconde guerre mondiale, et il a fallu attendre 1955 pour l’ouverture de la première station.

IMG_6805

La plupart des stations sont spacieuses, mais toutes n’ont pas un caractère monumental. Les plus belles se trouvent sur la ligne 1, construite dans les années 1950. Petite sélection.

Ploschad’Vosstanya/Mayakovskaya (L1 et L3)

Chose pas pratique du tout pour se repérer, surtout quand on débarque : les stations se trouvant à un croisement ont deux noms, un pour chaque ligne. Ici, on est donc à la station Ploschad’Vosstanya si l’on circule sur la ligne 1, et Mayakovskaya si l’on emprunte la ligne 3.

La plus grande qualité de cette station est son aspect extérieur : une rotonde entourée de colonnades sur la place Vosstanya, en plein sur la perspective Nevsky.

A l’intérieur, outre un portrait de Lénine célébrant le travail des camarades travailleurs qui ont permis l’ouverture de la stations, on trouve aussi de nombreux tableaux en bronze représentant le leader du mouvement bolchévique en plein discours ou à la campagne, ainsi que des épisodes révolutionnaires.

IMG_5752

IMG_5753

S’y trouvent aussi des mosaïques en l’honneur de la flotte navale, dont le drapeau est blanc orné d’une croix bleue.

Pushkinskaya/Zvenigoroskaya (L1 et L5)

Comme son nom l’indique, la station de Pouchkine est dédiée au plein grand poète russe, mort à St-Pétersbourg en 1837 après un duel l’opposant au français Georges-Charles D’Anthès. Rien d’étonnant, donc, à ce que la station contienne une statue de ce géant littéraire.

IMG_6254

Gorkovskaya (L2)

Autre ambiance dans cette station située à proximité de la forteresse Pierre-et-Paul. Je l’insère pour l’originalité de son architecture. Une soucoupe volante à deux pas d’une forteresse moyenâgeuse, y’a de quoi donner un infarctus aux rédacteurs de La tribune de l’Art.

Avtovo (L1)

La station Avtovo a plusieurs éléments intéressants, notamment deux bas-reliefs consacrés à la seconde guerre mondiale et une mosaïque en bout de station. Mais le plus beau est sans conteste les piliers entourés de verre sculptés d’épis de blé et de l’étoile soviétique. Elle est considérée comme l’une des plus belles stations de métro du monde.

Kirovskiy Zavod (L1)

La station suivante rend hommage aux ouvriers. Au dessus de chaque pilier se trouve un tableau en bronze représentant un outil (puits de pétrole, grue, marteau piqueur de mineur), surmonté du casque du travailleur concerné. Le camarade Lénine veille sur eux depuis l’extrémité de la station.

IMG_6810IMG_6814

Narvskaya (L1)

Véritable galerie de musée, cette station achevée en 1955 comporte des bronzes ornés de la faucille et du marteau, mais surtout de nombreux bas-reliefs d’images d’Epinal soviétiques : des écoliers à l’écoute de leur maître, des travailleurs au champs et à l’usine, une petite fille offrant un bouquet de fleurs à des soldats…

La gare Moskovsky vokzal

Ce n’est pas une station de métro, mais la gare de Moscou mérite largement le coup d’œil. Son hall d’entrée est surplombé d’une superbe fresque soviétique en trompe l’œil. On y trouve aussi un bas-relief à la gloire des bâtisseurs de la gare (du moins, c’est ce qu’il me semble).

P7261144

La gare Finlyandskiy Vokzal

Gare où est arrivé Lénine en 1917, à son retour d’exil en Suisse. Juste en face se trouve donc la Place qui porte son nom, et qui porte aussi sa statue.

IMG_5763

Lire aussi : Les plus belles stations du métro de Moscou

Lire aussi : Pyongyang : Les monuments les plus emblématiques et une virée dans le métro

Commentaires (3)

  1. Superbe ! Est ce moi ou la RATP a de quoi prendre des lecons de propreté de son métro ? (je n’ai pas vu l’intérieur d’une rame que tu aurais pu ajouter ;))
    Quand a l’idée du contrôleur devant les guichets, cela semble une idée trop simple pour les énarques… GG:)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *