Jour 6 : Kyoto, du Ginkakuji à Kiyomizudera

Posté par

Jeudi 3 octobre

En route pour Kyoto ! La plus belle ville du monde, à mon humble avis. Notre train part à 9h33, nous disons donc au revoir à nos hôtes du Khaosan Tokyo Original et partons vers la Tokyo Station.

Le shinkansen japonais, je ne cesserai de le répéter, fait honte à nos TGV. (« Et pas qu’un peu », confirme Minirop). Ils sont propres, spacieux et toujours à l’heure. En seconde classe, j’ai de la place pour étirer mes jambes. Impensable chez nous !

Minirop (à droite) fait 1m90 et moi 1m80.

Minirop (à droite) fait 1m90 et moi 1m80.

Le trajet Tokyo-Kyoto dure 3 ans. Par temps clair, il est possible de voir le Mont Fuji, mais ce n’est hélas pas possible aujourd’hui. Au retour, peut-être !

Nous logeons, à Kyoto, dans la pension Waraku-an. Il doit y avoir, dans un de leurs vieux livre d’or, un message de moi qui dit à quel point j’ai apprécié mon séjour là-bas, et que j’y reviendrai à coup sûr. M’y voilà ! Et ça n’a presque pas changé ; j’ai presque envie de dire « taidama » (« je suis rentré »), mais la personne à l’accueil me prendrait pour un gaijin qui dit n’importe quoi. A l’époque, la fille de Nicolas Le Bacquer, le patron corse (né en Bretagne), commençait à peine à marcher. Là, elle vient de faire sa rentrée à l’époque primaire… Le temps passe vite.

Bref, je suis heureux d’être là !

Voila notre chambre pour les 3 prochaines nuits.

Voila notre chambre pour les 3 prochaines nuits.

Nous ne perdons néanmoins pas une minute et prenons le bus vers Ginkakuji, le pavillon d’argent. Il y a quatre ans, il était démonté, mais j’avais énormément apprécié le site dans lequel il est niché. Il est maintenant rénové, mais n’arrive pas à éclipser les magnifiques jardins aux alentours. Jardins qui sont d’ailleurs pris d’assaut par des collégiens et lycéens, dont un vient me saluer et se présenter en anglais (il doit être le premier de sa classe, c’est pas possible autrement). Un autre demande à être pris en photo avec nous, sous le regard mi-amusé mi-incompréhensif de ses camarades.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ce temple a été construit en 1482 par le shogun Ashikaga Yoshimasa, qui voulait rivaliser avec Kinkaku-ji, le pavillon d’or, construit par son grand-père. Son intention était de couvrir le pavillon d’argent, mais cela n’a jamais été fait, les finances du shogun partant plutôt dans la guerre.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

En sortant du Ginkakuji, nous longeons quelques instants le chemin des philosophes, promenade bucolique entre rivière et temples.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Plus au sud se trouve le complexe de Chion-on, superbe ensemble de temples précédés d’une porte monumentale en bois de 50 mètres de large. Devant, quatre jeunes femmes en kimono. Je leur demande si je peux les photographier. La plus jolie me dit oui, mais à condition que je fasse une photo d’abord seul avec elle, puis avec elle et une de ses copines. Voilà qui est bon pour mon égo ! Sympa comme je suis, je propose ensuite de faire une photo tous ensemble, avec les deux filles (certes moins jolies) qu’elles avaient mises à l’écart.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Mais je digresse.

Chion-on, donc, superbe complexe dont le plat principal – un temple de 50 mètre de long et 28 de hauteur – est en travaux jusqu’en 2019. Qu’à cela ne tienne, je reviendrai à ce moment-là. En attendant, le reste du complexe est toujours accessible, et à cette heure-ci presque désert (il ferme à 16h10).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La colossale porte principale, le Sanmon, construite en 1619 est la plus grande structure de ce genre encore existante au Japon.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Un peu plus loin, nous traversons assez rapidement Kodaiji – on y reviendra de nuit – afin de voir Kiyomizudera avant sa fermeture, à 18h.

Kyoto, ce n'est pas que des temples, c'est aussi des petites rues typiques des grandes villes japonaises.

Kyoto, ce n’est pas que des temples, c’est aussi des petites rues typiques des grandes villes japonaises.

Voilà Minirop, mon compagnon de voyage.

Voilà Minirop, mon compagnon de voyage.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ce temple fait partie des plus célèbres de Kyoto et s’inscrit dans un quartier qui, excepté les machines à glace à l’italienne (celle au thé vert est très bonne, d’ailleurs) et ses éventails estampillés Pikachu, a su préserver un semblant d’authenticité.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L'automne est la haute-saison à Kyoto, après les grandes chaleurs de l'été. La ville est pleine de touristes.

L’automne est la haute-saison à Kyoto, après les grandes chaleurs de l’été. La ville est pleine de touristes (ici, des écoliers).

Kyoto, vous le savez si vous avez lu mon précédent journal, est bâti entre des collines, territoires des Dieux, où sont bâtis la plupart des temples. Il faut donc grimper sec pour atteindre Kiyomozudera, mais le jeu en vaut la chandelle. Construit à flanc de colline, sur 118 gros piliers de bois, il domine Kyoto et offre une vue magnifique sur la ville.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le temple Kiyomizu trouve ses origines en 798, vers la fin de l’époque Nara ; selon la tradition, il aurait été construit par Sakanoue no Tamuramaro. Les édifices actuels datent de 1633. Le temple tient son nom de la chute d’eau qui se trouve à l’intérieur de son enceinte, eau provenant des collines environnantes, kiyoi mizu signifiant eau pure ou eau de source (merci Wikipédia).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il est possible de noter ses intentions de prière sur ces plaquettes.

Il est possible de noter ses intentions de prière sur ces plaquettes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERALe lieu est envahi de collégiens, on dirait presque que toute les écoles de la région s’y sont donné rendez-vous. Mais malgré le bruit que ça engendre, ils sont tous bien élevé – certains tentent même un « hello » à notre destination – ce n’est donc pas un problème pour visiter tranquillement les lieux.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Apparemment, boire cette eau porte bonheur, santé ou chance...

Apparemment, boire cette eau porte bonheur, santé ou chance…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’expression japonaise « se jeter du Kiyomizu-dera » est l’équivalent de l’expression française « se jeter à l’eau ». Cette expression a pour origine une tradition de la période Edo qui prétendait que si une personne survivait à un saut depuis la plateforme du temple, son vœu se réaliserait. Durant la période Edo, 234 sauts ont été comptabilisés avec un taux de survie de 85,4 %. Le saut ne fait, en effet, que quinze mètres, et une importante végétation en contrebas de la plateforme peut amortir le pèlerin. La pratique a depuis été interdite (merci Wikipédia encore, j’essaye d’allonger mon texte avec des infos intéressantes, car c’est un crève-coeur de supprimer des photos).

Dans un lieu si romantique, s'il n'arrive pas à conclure... (note : d'après mes observations, c'était mal barré)

Dans un lieu si romantique, s’il n’arrive pas à conclure…
(note : d’après mes observations, c’était mal barré)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous revenons ensuite sur nos pas vers Kodai-ji afin de faire des photos de nuit. Ses jardins de font partie du patrimoine culturel du Japon, des « sites historiques » des monuments du Japon et des « lieux de beauté scénique » des monuments du Japon. Rien que ça. Bon, là, ils sont fermés.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous reprenons ensuite le bus vers notre hôtel. Malgré l’heure précoce, au lieu de repartir à l’aventure, nous allons simplement acheter notre dîner au combini du coin afin de profiter de la salle de vie de l’auberge et de son jardin intérieur. Et puisq’aujourd’hui c’est jour de fête (parce qu’on est à Kyoto), je me permets de la bière et une bouteille d’umeshu. Kampai !

IMG_9811

Commentaires (5)

  1. Jen

    Wow! What a great collection of photos! They make me miss Kyoto. I’ve been there a few times over the past couple of years, but there always seems to be something more to see. Thanks for sharing!

    1. Thanks for the comment 🙂 You have some amazing photos on your site too!

      I miss Kyoto too; I consider it the most beautiful city I’ve visited and would love to live there for a few months to get to know it better.

      1. Jen

        Thanks. 🙂 I’d love to spend more time in Kyoto too. It’s an amazing city, but then again, I haven’t found anywhere in Japan that I didn’t like. Have you been to Okayama? The gardens there are amazing.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *