Jour 5 : Le Korean Folk Village et la ville de Suwon

Posté par

Vendredi 19 juin

Sortons enfin de Séoul pour aller visiter Suwon, une petite ville d’un million d’habitants située au sud de la capitale.

En un peu plus d’une heure de métro, me voilà à Suwon. La ville a été bâtie à la fin du XVIIIe siècle par le roi Jeongjo, qui voulait en faire sa capitale, mais est mort avant de pouvoir transférer l’administration depuis Séoul. Aujourd’hui, elle est surtout célèbre pour sa forteresse et pour abriter une grande partie des usines de Samsung. « Entre tradition et modernité », comme on dit.

En arrivant à la gare de Suwon, je commence par me rendre à l’office du tourisme, où un conseiller me prépare un programme aux petits oignons pour occuper ma journée.

Première étape : sauter dans une navette pour me rendre au Korean Folk Village (Village traditionnel coréen), à 30 minutes de route. Comme son nom l’indique, il s’agit d’un village où ont été déplacées près de 300 maisons traditionnelles de toute la Corée.

P8295067 P8295095

L’endroit est immense et superbement aménagé. Une vraie plongée dans la campagne coréenne de la dynastie Joseon. D’ailleurs, beaucoup de séries TV historiques sont tournées ici.

La visite des diverses bâtisses n’est qu’un des aspects de la visite : il est aussi possible de participer à de nombreux ateliers (poterie, tissage du coton, tressage du bambou, fabrication d’un éventail, etc.) et activités.

On peut aussi assister à quatre spectacles différents.

La musique et danse traditionnelle des fermiers, qui servaient à prier pour de bonnes récoltes :

P8295159

Le funambulisme, par un sexagénaire considéré comme « trésor culturel vivant » :

P8295168

Le Magi (aussi appelé Masangjae), un art-martial qui se pratique à cheval :

P8295196

Le quatrième spectacle est une cérémonie traditionnelle de mariage, mais je n’ai malheureusement pas le temps d’y assister.

À 15h30, je retourne en effet à Suwon pour la suite de ma visite : les sites historiques du centre, que je découvre après avoir passé la porte Paltalmun.

P8295202

En premier, le palais Hwaseong Haenggung, construit à partir de 1789 par le roi Jeongjo. Il comprenait à l’origine 600 pièces, mais a été rasé par les Japonais. Sous la pression d’associations, le gouvernement a lancé sa reconstruction à partir de 1996 et il a ouvert au public en 2003.

Malgré le caractère récent des quatre ensembles de bâtiments (94 pièces), la restauration est remarquable et la visite vaut vraiment le coût. D’autant que derrière se trouve le sanctuaire Hwaryangjeon, qui a été élevé en 1801 par le fils de Jeongjo afin de lui rendre hommage. Il ne reste plus qu’un seul bâtiment sur les quatorze d’origine.

Ces sites, et une partie de la ville, sont enfermé dans une ceinture de remparts de cinq kilomètres de long, bâtie sous les ordres de Jeongjo. D’une hauteur moyenne de neuf mètres, ils empruntent à la fois à l’architecture coréenne et occidentale, ce qui en fait un site unique – classé au patrimoine mondial de l’Unesco.

Je commence par le plus fatiguant : grimper au sommet de Paltalsan, où se trouve le poste de commandement Seojandae. Très joli panorama à presque 360° sur la ville, qui s’étend à perte de vue.

P8295224

La promenade sur la muraille est très agréable et voit s’alterner des postes avancés, des portes secrètes, des tours de guet, des portes pas secrètes… Heureusement pour moi, à part le passage sur Paltalsan, le reste est relativement plat. J’en fait le tour en un peu plus d’une heure.

P8295223

P8295250

Il est ensuite temps pour moi de rentrer à Séoul, non sans m’être arrêté pour papoter et jeter un œil au marché… Qui lui est bondé ! Ça fait du bien.

IMG_6459

On trouve même de l’époisses en Corée du Sud !

IMG_6457

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *