Jour 8 – Taos Pueblo et Mesa Verde

Posté par

mesa verde mapMercredi 17 octobre

Direction Taos au petit matin. Si la ville, agencée autour de sa « plaza », est jolie, son principal intérêt est le Taos Pueblo, quelques kilomètres plus loin.

Classé au patrimoine mondial de l’Unesco, il s’agit d’un village traditionnel indien qui serait âgé de 1000 ans, ce qui en fait l’endroit habité sans interruption depuis le plus longtemps aux USA. Aujourd’hui, une centaine de personnes y vivent, sans eau ni électricité (mais avec du gaz), dans des maisons individuelles ou des bâtiments en pisé de plusieurs étages. L’ancêtre des HLM, j’imagine.

Taos Pueblo

Ce bâtiment aurait plus de 800 ans. Un « ravalement de façade » est effectué tous les ans, pour ne pas qu’il tombe en décrépitude.

Taos Pueblo

Taos Pueblo

La forme ronde est un four à pain, pas une niche de chien.

Taos Pueblo

La porte est un élément récent dans le village : elle a été apportée par les Espagnols. Traditionnellement, l’entrée dans un lieu de vie pueblo s’effectue par le toit, grâce à des échelles. Comme cela, en cas d’attaque, il suffit d’enlever les échelles extérieures et les assaillants sont coincés.

Le bâtiment le plus récent du village la chapelle San Geronimo, qui date de 1850. Avant, il y en avait une autre, construite en 1619, dont il ne reste plus que des ruines, après qu’elle a été brûlée (avec 180 villageois dedans) en 1847 par l’armée américaine. Un préfet américain avait été tué à Taos, les Américains ont donc décidé de se venger. Les villageois, malins, s’étaient dit : « Les Blancs sont de la même religion que nous, alors rentrons dans l’église, ils n’oseront pas la brûler. » Leur naïveté les a perdu.

Taos Pueblo

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les Pueblos pratiquent une religion hybride, intégrant des éléments de leurs propres croyances au catholicisme importé par les Espagnols.

Des visites guidées sont organisées, ce qui permet d’en savoir plus sur la vie là-bas. La bénévole qui nous fait la visite a grandi là, tout en profitant de la douche de son oncle, qui habite à quelques kilomètres…

L'eau utilisée par les villageois est puisée directement dans la rivière. Il est donc interdit de s'y baigner (et pourtant, il fait chaud).

L’eau utilisée par les villageois est puisée directement dans la rivière. Il est donc interdit de s’y baigner (et pourtant, il fait chaud).

Je prends ensuite la route de Mesa Verde, à cinq heures de là. Le trajet me fait passer par des forêts profondes, drapées de magnifiques couleurs automnales. Sur la route, je prends un auto-stoppeur, qui pour me remercier m’offre un joint de cannabis – « une herbe médicinale » me dit-il… C’est une façon de voir les choses.

Changement d’Etat (le 4e de mon voyage !) avec mon arrivée dans le Colorado, dont le sud est très verdoyant, ou rougeoyant, vu l’époque, et semble être le paradis des chasseurs. Rien à voir, quoique : ici, il y a des panneaux « Mitt Romney for president » partout. Jusque-là, et surtout au Nouveau-Mexique, je n’en avais vu que pour Obama.

Le Nouveau-Mexique, terre propice aux enlèvements par les extra-terrestres...

Le Nouveau-Mexique, terre propice aux enlèvements par les extra-terrestres…

Le Gorge Bridge, construit en 1965. En dessous coule le Rio Grande.

Le Gorge Bridge, construit en 1965. En dessous coule le Rio Grande.

Canyon du Rio Grande

Canyon du Rio Grande

J’arrive au parc national de Mesa Verde en milieu d’après-midi, le temps de faire un tour en voiture avant le coucher du soleil. Les points de vue de ce parc, situé à 700 mètres d’altitude (par rapport aux alentours, mais en fait c’est à 2000 par rapport au niveau de la
mer), permettent d’admirer une sélection des 4400 sites archéologiques répertoriés. Ils ont été occupés entre les VIe et XIVe siècles par les Anasazis, ancêtres des Pueblos, qui y ont d’abord construit des villages sur le plateau, avant de descendre à flanc de falaise. C’est donc un des rares lieux où il est possible de suivre l’évolution de la culture amérindienne sur plusieurs centaines d’années.OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAMesa Verde

Un reste de "kiva", salle de cérémonie des pueblos, datant de l'époque où ils vivaient encore sur le plateau.

Un reste de « kiva », salle de cérémonie des pueblos, datant de l’époque où ils vivaient encore sur le plateau.

OLYMPUS DIGITAL CAMERALe parc dispose d’un camping, à moitié fermé pour l’hiver. « Primitive camping » qu’ils appellent ça. Ça ne les empêche pas de faire payer l’emplacement plein pot : 20$ ! Pour un bout de terrain en graviers, ça fait cher. D’autant que y’a des chances que je finisse la nuit dans la voiture : l’altitude aidant, il souffle un fort vent glacial sur le parc. À 21h, il ne fait déjà plus que 8°…

Dépenses du jour :  $32 (essence) + $18 (entrée à Taos pueblo) + $9 (nourriture) + $20
(camping)
Distance parcourue : 296 miles

Commentaires (3)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *