Jour 4 : De Höfn à Egilsstaðir

Posté par

Vendredi 8 juin

Là-encore, réveil dans le vent… Là encore, je me recroqueville dans mon duvet en attendant que ça se passe. Je me dis que si ma tente résiste à ces rafales, elle résistera à tout…

Petit déjeuner dans la cuisine du camping. Pour ma part, c’est du pain noir (spécialité locale, cuit avec la géothermie), tartiné de Tunfisksalat (une sorte de mélange thon mayo oeuf), avec des tranches de fromage et de jambon. Avec ça, je suis paré pour la journée !

« On repart ? », me demande Jean. « D’accord ! » Direction le nord.

Djúpavogshreppur

La côte de Djúpavogshreppur.

Passé Höfn, l’Islande dévoile un autre de ses charmes : les fjords. Avec peu de touristes, la plupart se contentant de visiter le sud du pays. La région semble particulièrement isolée, avec de petits villages cernés d’un côté par de hautes montagnes, de l’autre par la mer.

2001

Le mégalithe de 2001, L’Odyssée de l’espace.

Les fjords sont parsemés de villages de pêcheurs.

Et de vieilles baraques en bois du XIXe siècle.

A Breiðdalsvík, où nous nous arrêtons pour déjeuner, nous rencontrons une Française qui fait le tour de l’île seule à vélo. Un exploit déjà particulièrement grand, mais si en plus je vous dit qu’elle est grand-mère de quatre petits-enfants… Eh oui, il n’y a pas d’âge pour se faire plaisir ! Au moment où nous la rencontrons, Florence est partie depuis 11 jours et a déjà parcouru 800 kilomètres. Depuis, elle a bien entendu terminé son périple : « Mon voyage s’est bien poursuivi et, malgré quelques ennuis de pneus, mis à mal par l’état des pistes, j’ai pu réaliser à peu près tout l’itinéraire que je m’étais fixé », nous a-t-elle écrit cet été. Voila ce que j’appelle un exemple de ténacité !

A Breiðdalsvík.

Nous continuons notre route dans des paysages magnifiques, avant de nous arrêter quelques instants dans le village, assez inintéressant, de Fáskrúðsfjörður. Sa particularité est d’avoir été fondé par des marins français à la fin du XIXe siècle. En leur honneur, les noms des rues sont traduits dans notre langue.

Fáskrúðsfjörður

Le port de Fáskrúðsfjörður.

Amitié franco-islandaise.

Avant de nous installer au camping d’Egilsstaðir, nous faisons un petit détour pour visiter Seyðisfjörður, petit village particulièrement intéressant sur le plan architectural et entouré de montagnes enneigées et de cascades. Pour ceux qui n’aiment pas l’avion ou souhaitent venir en Islande avec leur propre véhicule, Seyðisfjörður est le lieu où arrivent les ferries qui partent du Danemark, avec une escale aux îles Féroé.

Sur la route de Seyðisfjörður

Le camping d’Egilsstaðir dispose de bonnes infrastructures, notamment un lave-linge. Bon à savoir ! Ensuite, restaurant, puis couchage. Il me semble qu’il fait bien plus froid que les jours précédents…

1° à 18h, en plein mois de juin…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *