Jour 9 : Mercredi 18 février. Kyoto

Posté par

5h30 : Je me réveille avec du néo-métal américain à deux sous… Le réveil de mon voisin. Satané dortoirs. Au bout de 10 minutes, au bas mot, il l’éteint et se réendors. 5 minutes après, le réveil re-sonne. Je vais le réveiller en lui disant de l’éteindre. Il l’éteint, se rendors, et ça recommence. Au bout de la quatrième fois (il est 6h30), je commence à m’énerver et lui fait comprendre que s’il éteint pas son bordel, c’est moi qui le fera. Au passage, faudra qu’on m’explique l’intérêt de foutre son réveil a 5h30 si c’est pour se lever ensuite à 8h30. Bref.

Fuuu

En général, je ressemble à cela quand on m’empêche de dormir (sauf quand c’est une fille, mais c’est plus rare).

7h30 : Me voilà a nouveau réveillé par un bruit sourd. J’allais me mettre à engueuler mon voisin lorsque je me rends compte que toute la pièce tremble. Ah, c’est qu’un tremblement de terre, je peux me rendormir tranquille. Magnitude 5, d’ailleurs.

10h : Visite du palais impérial. C’est assez sympa, mais on ne peut pas entrer dans les bâtiments, dommage. Du coup, on voit tout de l’extérieur… Enfin, ça reste intéressant. A noter que le palais date seulement du 19e siècle : au fil des siècles, les palais ont été brûlés puis reconstruis au fur et a mesure. Le dernier incendie date de 1954, lorsqu’un bâtiment a été détruit à cause de cendres d’un feu d’artifice. Depuis, ils sont interdits à Kyoto.
Palais impérialPalais impérialPalais impérial

Jardin de l'Empereur

Le Jardin de l’Empereur. C’est beau, n’est-ce pas ?

11h : On commence le programme sponsorisé par l’Unesco avec le château Nijô. Il s’agit du palais du Shogun, construit en 1600 et des poussières. Il est classé patrimoine mondial de l’humanité, et ça se voit : les différents palaces sont magnifiques, et les jardins également. Ca se voit que c’est le shogun qui détenait le pouvoir à l’époque, le palais est bien plus beau que le palais impérial… Par contre, photos sont interdites, pour ne pas abîmer les peintures.

Chateau Nijô

Voila un bout de l’entrée du palace.

13h : Descente dans le sud, pour le Fushimi Inari, un sanctuaire fameux pour ses centaines, milliers peut-être, de torii, dispersés sur une colline. Un torii, c’est un portique rouge (vous avez du en voir, c’est typique), qui marque la frontière entre le monde profane et le monde sacré. Donc, ce sanctuaire s’étale sur toute la colline, c’est magnifique, mais faut être motivé… et en forme. J’ai failli abandonner la randonnée plusieurs fois, mais vous savez comment c’est, on se dit : « flûte, je suis arrivé jusque là, je peux bien continuer jusqu’au bout ».
Fushimi Inari

Fushimi Inari

Des centaines, des milliers de Torii (avec les noms des donateurs dessus).

Fushimi Inari

Kitsune

Les renards (kitsune) sont considérés comme des messagers d’Inari, divinité du riz.

16 : Après le Pavillon d’argent hier, le Pavillon d’or aujourd’hui, lui aussi classé à l’Unesco. Dieu qu’il est beau ! Comme son nom l’indique, il est recouvert de feuilles d’or, et se reflète dans un petit étang… Le jardin autour est très agréable.

Pavillon d'orJardin du Pavillon d'or

Couple en vêtements traditionnels

Il n’y a pas que les femmes qui revêtent des tenues traditionnelles.

18h : Les temples sont tous fermés, je vais donc dans le secteur de la gare, faire quelques photos de la tour de Kyoto, qui culmine a 133 mètres. J’en profite pour tester le MacDo japonais (la seule chose qu’on peut tester objectivement entre tous les pays) : c’est cher (par rapport aux autres restaus), pas terrible, mais la serveuse était extrêmement polie.

Tour de Kyoto
19h : Un petit tour dans les quartiers commerçants de la ville, et je rentre à la maison en longeant la rivière et le canal… Ce qui serait glauque en France devient bucolique au Japon. Et voilà pour aujourd’hui. Oyasumi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *