Laugavegur, jour 3 : De Álftavatn à Emstrur

Posté par

Mercredi 20 juin

Départ Arrivée Distance Dénivelé Temps
Álftavatn Emstrur 15 km -40 m 4h

Mon carnet, à ce jour, commence par « ça m’embête de dire ça, au risque de paraître prétentieux, mais cette journée était une promenade de santé ».

Faut dire que j’ai eu, en termes de météo, de la chance : une pluie légère et rare, et un vent qui m’a simplement soufflé dans le dos sur un passage.

Laugavegur Álftavatn 	Emstrur Le départ du refuge se fait aujourd’hui en sandales. Je ne me suis pas fait voler mes chaussures, c’est simplement qu’un premier gué se trouve à 500 mètres de là. Alors évidemment, chacun (moi également) cherche d’abord un passage où il est possible d’éviter de se mouiller… En vain. D’autres tentent même de faire un barrage avec des cailloux.

Mais finalement, il faut bien se jeter à l’eau…Laugavegur Álftavatn 	Emstrur Laugavegur Álftavatn 	Emstrur Laugavegur Álftavatn 	Emstrur

Après trois kilomètres de vallons dans une zone verdoyante (et un deuxième gué), j’arrive au refuge de Hvangill. Il n’y avait cette nuit que deux personnes (qui avaient réservé à Álftavatn,mais ont finalement décidé de continuer un peu hier soir). Ils étaient les premiers locataires de la saison, selon la gardienne, très très jolie, selon eux. Pfff. Si j’avais su, j’y serais allé aussi.

J’atteins ensuite le champ de lave Hvannagilshraun… Qui commence par un troisième gué, bien plus sérieux que les deux premiers. Profond, large et courant fort : heureusement que j’ai mes bâtons pour garder mon équilibre. A mi-parcours, je ne sens plus mes pieds à cause du froid de l’eau.

Un mauvais souvenir...

Un mauvais souvenir…

Cet obstacle passé, me voila dans un sandur, une plaine de sable noir issu d’un glacier. Tout est noir à perte de vue, sans âme qui vive. Un paysage bien différent des jours précédents. C’est d’ailleurs, je trouve, le grand atout de ce trek : chaque jour permet de découvrir des paysages inédits.

Laugavegur Álftavatn 	Emstrur Laugavegur Álftavatn 	Emstrur

Pour cette rivière, y'a un pont.

Pour cette rivière, y’a un pont.

Laugavegur	Emstrur Laugavegur	Emstrur

Seul au monde.

Seul au monde.

Laugavegur	Emstrur Laugavegur	Emstrur A 12h30, après quatre heures de marche, je vois apparaître le refuge, perdu dans une vallée. Son livre d’or est particulièrement drôle, et me fait réaliser que j’ai vraiment eu de la chance : récits de gens trempés, exténués, qui racontent des tempêtes où « la pluie tombe à l’horizontal »

Laugavegur Emstrur refuge hut Laugavegur Emstrur refuge hut

Laugavegur	Emstrur DSC02237A environ 2km au sud-ouest du refuge, je vais voir l’époustouflant canyon de Markarfljótsgljúfur. Profond de 160 mètres, il est paré de mille couleurs.

Laugavegur Emstrur markarfljótsgljúfur canyon Laugavegur Emstrur markarfljótsgljúfur canyon Laugavegur Emstrur markarfljótsgljúfur canyon Laugavegur Emstrur markarfljótsgljúfur canyonLe soir, nous nous retrouvons entre habitués dans le refuge. La discussion dérive vite sur les fantasmes culinaires islandais de chacun : baleine, requin fermenté, burgers… Un Suédois me conseille la Burger Factory, à Reykjavik : « le concept, c’est que les burgers sont servis exclusivement par des jolies filles ». C’est noté !

Le glacier situé derrière le refuge.

Le glacier situé derrière le refuge.

Laugavegur Emstrur refuge hut

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *