En rouge et vert : les parcs et domaines de Moscou

Posté par

Moscou ne doit pas être réduite à ses bâtiments staliniens et ses embouteillages. Plusieurs parcs et domaines permettent de respirer, flâner et se reposer, simplement en prenant le métro.

Moscou, c’est à la fois des barres d’immeubles défraîchies et des clochers classés à l’Unesco, des avenues à six voies et des promenades bordées de fontaines. Plus grande ville européenne, elle impressionne, semble inhospitalière, mais offre des espaces de détente bienvenus.

En une semaine, je n’ai bien sûr pas eu l’occasion de tous les voir. Vous pourrez donc compléter cette liste avec vos propres découvertes.

Le parc Gorki et le parc des statues retirées

Le plus grand parc du centre de Moscou est dur à manquer : son entrée monumentale rappelle un temple grec dont le Dieu serait Lénine. Grande roue, attractions de foire, fontaines… Le parc Gorki, long de 3 km, est un havre d’activités pour petits et grands.

Le week-end, le parc est noir de monde et l’ambiance est propice aux rencontres.

En face du parc Gorki, longeant la nouvelle galerie Trettyakov, le Parc des statues retirées (officiellement appelé Muzeon) est immanquable pour les nostalgiques de l’époque soviétique. Toutes les statues qui ont été déboulonnées depuis les années 1990 ont été transférées ici.

IMG_0516

L’oeuvre en haut indique « URSS : bastion de la paix ». Celle du dessous est titrée « Nous voulons la paix ! »

On y trouve bien sûr des Lénine en pagaille, mais aussi des bustes de Brejnev ou Marx, et d’autres invités plus surprenants comme Einstein, Chopin ou Gandhi.

Ici également, la seule statue que j’ai vue de Staline pendant tout mon voyage. Son nez a été cassé : hommage volontaire au Sphinx ou bien chute de « l’homme que nous aimons le plus » (comme disaient certains « journaux » français) lors de son démontage ?

Processed with Snapseed.

Surplombant le parc et tout le centre de Moscou se trouve la statue la plus kitsch de l’histoire des statues, et possiblement la plus laide : celle de Pierre Le Grand, œuvre d’une centaine de mètres de hauteur commise par le sculpteur géorgien Zourab Tsereteli. « C’est un ami du pouvoir », m’a dit une amie russe, en guise d’explication.

A la base, c’était un cadeau pour les Etats-Unis, et ça représentait Christophe Colomb. Mais les Américains ont poliment refusé ce supeeeerbe cadeau, et le bonhomme a donc été rhabillé en Pierre Le Grand.

Processed with Snapseed.

Le domaine de Kolomenskoye

Situé à une dizaine de kilomètres au sud de Moscou (et accessible en métro), le domaine de Kolomenskoye est un parc et un ancien village, dont l’église est classée sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco.

Dès le XIV siècle, la beauté de cet endroit – où selon la légende Saint George, le saint patron de Moscou, terrassa le dragon –  incita les princes moscovites à en faire un lieu de villégiature.

Le tsar Alexey Mikhaylovitch y construisit en 1667-1671 un immense palais en bois, surnommé par ses contemporains « la huitième merveille du monde ». Détruit en 1768 car trop délabré, il a été reconstruit à l’identique et a rouvert en 2010. On y trouve un musée, un restaurant, des salles de mariage…

Processed with Snapseed.

Un peu plus profondément dans le parc, au milieu d’arbres fruitiers, s’élève l’église de la décapitation de Saint-Jean-Baptise, un des deux exemples encore debout d’église russe à piliers multiples du XVIe siècle.

Le monument le plus important du domaine est l’église de l’Ascension (classée à l’Unesco). Bâtie en 1532 pour commémorer la naissance de l’héritier désiré Ivan IV (futur Ivan Le Terrible), elle est faite de pierre avec un toit en croupe sur une base octogonale. Première église de ce style en Russie, elle a eu une grande influence sur le développement de l’architecture religieuse russe.

Un peu plus haut se trouve l’église de l’icône-de-la-Vierge-de-Kazan, aux coupoles bleues, mentionnée pour la première fois en 1657 et rattachée initialement aux palais en bois.

IMG_0525

Le domaine de Tsaritsyno

Je n’ai malheureusement pas eu le temps de m’y rendre, mais plusieurs amis russes m’ont conseillé d’aller me promener à Tsaritsyno – j’en parle donc ici en espérant que ça inspirera certains. A peine plus loin que Kolomenskoye, sur la même ligne de métro, ce parc de 100 hectares comporte un palais néogothique commandé par Catherine II en 1776. Resté inachevé, il a finalement été terminé selon les plans initiaux en 2007 seulement.

Le parc de VDNKh

Ouvert en 1959, ce parc-musée à la gloire du socialisme se présente comme une « exposition universelle » dédiée aux réalisations de l’URSS. On y trouve des pavillons consacrés à l’espace, la physique, la chimie… La diversité des nations de l’URSS était aussi mise en valeur, chacune ayant son pavillon afin de faire découvrir aux Moscovites ses traditions, costumes, artisanat, etc.

Processed with Snapseed.

A l’entrée du musée, l’impressionnante statue de l’ouvrier et de la kolkhozienne est une relique de l’exposition universelle de 1937.

Autre point dominant du VDNKh : le monument à la gloire des conquérants de l’espace, un obélisque d’une centaine de mètres de hauteur représentant une fusée en route vers l’infini et au-delà. Cette flèche argentée surplombe le musée-mémorial aux cosmonautes, dont je vous parle plus longuement ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *