Située au bord de la baie de Banderas, dominée par les montagnes de la Sierra Madre, la ville de Puerto Vallarta est un lieu de villégiature prisé des Américains.

Alors, vous me direz, « lieu de villégiature prisé des Américains », ça donne surtout envie de l’éviter. Certes. Mais Rammstein ayant décidé de faire un concert spécial ici pour le Nouvel an (je vous le raconte par ici), j’ai passé outre mon dédain pour les resorts all-inclusive et y ai réservé une semaine de vacances. Pas dans un resort, mais dans une auberge très bon marché et à l’ambiance excellente – El Sunset Hostel – sans piscine mais avec des hamacs et des bières au frais.

Et finalement, cette semaine passée à Puerto Vallarta fut très sympa, à tel point que je n’ai pas réussi à faire tout ce qu’on m’avait conseillé. Comme quoi, il ne faut préjuger de rien.

█ Le centre ville de Puerto Vallarta

Puerto Vallarta est une grande ville (200.000 habitants) très étendue, mais son centre historique (le seul quartier ayant un intérêt) est assez réduit.

Ses ruelles pavées, souvent décorées de fresques, mènent toutes au malecón, le bord de mer où s’alignent les restaurants et magasins de souvenirs, mais aussi des sculptures et stands de produits locaux. Cette agréable promenade mène à la place principale, la seule du Mexique qui offre une vue frontale sur l’océan. A l’origine, Puerto Vallarta était surtout dédiée au commerce, la place n’est donc pas bordée de l’église, comme c’est d’usage, mais par l’hôtel de ville et des bâtiments commerciaux.

L’église se trouve un pâté de maison plus loin. Dédiée à la Vierge de Guadalupe, elle est célèbre pour sa magnifique coupole.

Une autre jolie église est celle de Notre-Dame-du-Refuge, qui surplombe une petite place.

L’île du Rio Cuale est un banc de sable apparu dans les années 1920 et fortifié pour en faire une île. Elle abrite un petit marché et une galerie d’art.

Plus loin se trouve la plage des morts (Playa Los Muertos), la plage la plus LGBT-friendly du Mexique. D’ailleurs, Puerto Vallarta est parfois surnommée la « San Francisco du Mexique », grâce à sa tolérance et à son importante communauté LGBT. Dans un autre style, le film Predator a été tourné il y a quelques années autour d’une des rivières de Puerto Vallarta, la rivière Éden.

█ Snorkeling et excursion vers les îles Marietas

Les îles Marietas, des gros cailloux émergeant du Pacifique à l’entrée de la baie de Banderas, sont une des destinations préférées des touristes. De nombreuses agences proposent des circuits basés sur le même modèle : deux heures de bateau jusqu’aux îles, 45 minutes de snorkeling (sympa sans plus, ce n’est pas les Seychelles où j’avais l’impression de nager dans un aquarium) et au choix du paddle, du kayak ou une petite nage jusqu’à la plage. J’ai choisi cette dernière option, puisque c’est vraiment le seul intérêt de ces îles (qui sont protégées, donc il y est impossible d’y pénétrer en dehors de la plage). L’endroit est superbe (je n’ai pas de photos, car j’avais oublié mon appareil photo étanche) !

Certains circuits proposent, en supplément, d’aller jusqu’à la « plage cachées (hidden beach), un trou d’eau situé dans l’une des îles, accessible uniquement à la nage. Ce supplément est assez exorbitant (70 à 100 dollars pour 15 minutes sur place), je ne l’ai donc pas fait.

Voici une photo trouvée sur les Internets pour vous donner une idée :

Les deux heures de retour vers Puerto Vallarta sont plus animées, puisque c’est open-bar sur le bateau. Et aussi parce que la baie abrite des baleines et des dauphins qu’il est possible de voir. Cela dépend évidemment de la chance que vous avez : perso, j’ai juste vu une baleine sauter au loin, tandis qu’une amie qui avait réservé le même jour avec une autre agence (qui n’avait plus de place pour qu’on y aille ensemble) a vu son bateau entouré de trois baleines, qui sont restées pas mal de temps dans les environs. Ses vidéos sont incroyables.

█ Accrobranches de l’extrême avec Vallarta Adventures

Autre activité prisée des touristes, et qui leur est entièrement destinée tellement elle est chère : l’accrobranche.
Nous (moi et deux amis rencontrés à l’auberge) avons opté pour un package proposé par l’agence Vallarta Adventures, qui comprend de l’accrobranche, de la descente en rappel, un simulateur de vol… Mention spéciale pour le Superman : allongé, on est attaché à un filin descendant de la montagne sur 1200 mètres. C’est la plus longue attraction de ce type au Mexique.

Cette activité est amusante en temps que tel, mais est sympa aussi pour découvrir la jungle au-dessus de Puerto Vallarta. Elle offre aussi de superbes vues au moment du coucher du soleil.

█ Le village de surfeurs de Sayulita

Plusieurs villages aux alentours de Puerto Vallarta (Yelapa, Bucerias, Punta de Mira…) méritent le détour. Ils permettent de quitter un peu l’agitation de la ville et, plus petits, sont censés être plus « traditionnels ». Je dis censés, car si c’était peut-être vrai dans les années 1990, quand Puerto Vallarta était la seule ville à attirer les touristes, ça n’est plus vrai aujourd’hui – à l’exception peut-être de Yelapa, dont j’ai entendu le plus grand bien et qui est plus difficile d’accès (2h30 de route).

Je n’ai eu le temps que d’aller à Sayulita, à une heure de route au nord de Puerto Vallarta. 6000 habitants vivent à l’année ici. La ville est sortie de l’anonymat au début des années 1990 en misant sur le surf. Il faut dire que ses plages sont très belles (bien que pas très propres) et que les vagues font envie. Mais à part profiter de la plage et se promener dans les ruelles du centre, il n’y a pas grand chose à faire à Sayulita. Ça reste néanmoins une sortie sympa.