Venezuela : informations générales

Posté par

Pays en faillite, gangrené par la criminalité et la corruption, le Venezuela ne fait plus rêver. Et pourtant, quelles richesses il propose aux touristes ! La plus haute chute d’eau du monde, ça vous tente ?

Y aller

Papiers nécessaires : passeport valable six mois après la date de sortie du territoire. Pas de visa nécessaire pour les séjours de moins de 90 jours.

Vaccins conseillés : – vaccins universels (DTCP, hépatite B)
– selon la durée du séjour, il est conseillé d’être vacciné contre la fièvre typhoïde, la fièvre jaune, la rage et les hépatite A et B

Quand partir

Pays au climat tropical, le Venezuela jouit en permanence d’un climat agréable. La saison des pluies dure de mai à novembre. Il est plus agréable de visiter le pays à la saison sèche, mais les chutes d’eau sont bien plus spectaculaires à la saison des pluies… comme je l’explique dans mon article sur la Salto Angel.

Un pays pour qui ?

Pour les voyageurs qui n’ont pas froid aux yeux : le taux de criminalité au Venezuela est l’un des plus élevés au monde. Il est absolument primordial de respecter les consignes de sécurité (ne pas sortir la nuit, ne pas porter d’objets ou vêtements de valeur, ne pas monter dans un taxi non officiel…). Pour les voyageurs qui aiment les chutes d’eau et naviguer en pirogue au cœur d’une jungle impénétrable.

Mes coups de cœur

La lagune aux sept chutes de Canaima, l’un des plus beaux endroits sur terre. Monter au sommet des bidonvilles de Caracas, passager arrière d’une moto zigzaguant entre les piétons sur des routes inclinées à 30° (un peu inquiet tout de même).

Budget

Vous vous souvenez de vos cours d’histoire, lorsque le professeur vous expliquait qu’en Allemagne après la crise de 1929, les gens payaient une miche de pain avec une brouette de billets ? Au Venezuela, c’est pareil.

Venezuela currency argent inflation

Carnet de voyage

Séjour en solo organisé par l’impeccable agence Young Pioneer Tours, que les fidèles de ce blog connaissent bien. L’intérêt, c’est surtout d’avoir un fixer qui attend à l’aéroport. Ca serait dommage de se faire kidnapper dès l’arrivée.

Jour 1 : Arrivée à Caracas… ville la plus dangereuse du monde
Jour 2 : Caracas, entre riches quartiers (désertés) et bidonvilles
Jour 3 : Le mausolée d’Hugo Chávez et le tombeau de Simón Bolívar
Jour 4 : Survol des barrios de Caracas
Jour 5 : Parc national de Canaima : la lagune aux sept chutes
Jour 6 : Sortie en pirogue de la lagune de Canaima à Isla Orchidea
Comment j’ai failli ne pas voir la plus haute chute d’eau du monde
La charmante ville coloniale de Ciudad Bolívar (jours 7 et 8)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *